Accueil Asthme Asthme et Grossesse

Asthme et Grossesse

par admin

Faut-il continuer à traiter son asthme pendant la grossesse, et pourquoi ?

La prise en charge de la femme enceinte asthmatique ne diffère pas de celle des autres patientes.

L’objectif est de contrôler la maladie tout au long de la grossesse, plus particulièrement avant l’accouchement, en se basant sur les signes et la mesure du souffle et du DEP.
Si l’asthme est contrôlé au début de la grossesse, il n’y a pas lieu de modifier le traitement de fond : ni majoré par principe ni, pire encore, réduit pour limiter la consommation des médicaments.

L’erreur qu’une future maman peut faire envers son futur enfant, si elle est asthmatique, est d’arrêter son traitement à visée respiratoire, bien que l’on puisse comprendre qu’une future maman pense à protéger son futur bébé des conséquences possibles des médicaments.

Il faut qu’elle sache que le danger ne vient pas de médicaments qui ont fait preuve de leur innocuité mais du risque que fait courir l’asthme si les signes sont présents.
Sans le moindre doute, il faut donc continuer son traitement quand on est asthmatique ; cependant, dans certains cas, ce traitement doit être aménagé pour la période de la grossesse.

Lorsque l’asthme évolue sur un mode intermittent, le traitement de la crise doit être immédiat et l’utilisation du bronchodilatateur obligatoire ; ne pas la traiter représente un risque pour l’enfant.
Si la maladie a un caractère chronique, c’est-à-dire que la future maman nécessite un traitement quotidien pour traiter l’asthme, il faudra l’adapter mais le poursuivre.

D’abord on l’adaptera aux changements éventuels de la maladie pendant la grossesse ; en effet, l’asthme peut s’aggraver, s’améliorer ou rester stable. Le niveau de traitement devra donc être modifié si la maladie évolue. L’enfant ne doit en aucun cas subir les conséquences néfastes pour lui du déséquilibre de la maladie, c’est-à-dire la réapparition d’une gêne respiratoire : essoufflement, toux chronique ou sifflements.

Certains médicaments qui traitent l’asthme doivent cependant être utilisés avec prudence car, pour être certain de leur innocuité, il faut attendre plusieurs années d’utilisation et de surveillance d’éventuels effets secondaires. Les bronchodilatateurs et les corticoïdes inhalés ne posent pas de problème d’utilisation.

DR ANNE PRUDHOMME

L’asthme peut varier durant la grossesse

Si la future maman a de l’asthme, ceci ne doit pas être a priori un handicap ni une source d’une inquiétude particulière pour l’avenir de la grossesse et donc de l’enfant à naître.
Pendant cette période, il faut cependant respecter, quel que soit le type d’asthme, des règles très précises de surveillance de la maladie respiratoire.

En effet, sans que l’on sache exactement pourquoi, l’asthme peut se modifier durant la grossesse. Un tiers des femmes enceintes va voir sa maladie s’améliorer ; un tiers aura une maladie qui ne va pas se modifier. Dans un tiers des cas, on note une aggravation de la maladie respiratoire. Cette aggravation doit être prise en compte très rapidement et avec beaucoup
d’attention par la future maman et son médecin.

Le traitement doit être adapté de façon immédiate :

  • s’il s’agit d’une crise d’asthme aiguë, la prise du médicament bronchodilatateur doit être immédiate. En effet, si la crise est importante, les bronches sont temporairement fermées de façon intense, ce qui peut avoir pour conséquence une baisse du taux d’oxygène dans le sang de la mère et donc de l’enfant à naître. L’enfant qui va naître risque d’avoir un petit poids de naissance ou d’être prématuré, ce que l’on peut et doit absolument éviter ;
  • si les signes de l’asthme s’amplifient de façon continue, il faut avec son médecin généraliste et son pneumologue revoir la totalité du traitement et ne pas hésiter à accepter les nouvelles propositions de traitement, qui consisteront en général à augmenter la dose de corticoïdes inhalés. Le bénéfice sur la maladie sera immédiat et ceci mettra le bébé à l’abri d’éventuelles conséquences néfastes de l’asthme, s’il n’est pas bien et assez traité.

DR ANNE PRUDHOMME

  • Ce contenu a t-il été utile ?
  • OuiNon

Soutenez notre action

Notre vocation est de vous accompagner au quotidien en vous apportant des conseils, des informations, en étant à votre écoute pour vous aider à mieux gérer votre asthme et vos allergies.
Nous menons également des actions de fond auprès des pouvoirs publics, des institutions européennes et des professionnels de santé afin d’améliorer la prise en charge de l’asthme et des allergies, et d’apporter un meilleur soutien aux malades. Diagnostic le plus précoce et le plus précis possible, accès aux soins facilité, meilleure intégration des enfants allergiques dans les cantines scolaires, développement de l’éducation thérapeutique, lutte contre les idées reçues… tels sont nos objectifs.
Pour que la voix des personnes asthmatiques et allergiques soit entendue par les autorités de santé, il est important que nous soyons nombreux à lutter pour notre cause.

En adhérant à l’Association Asthme & Allergies, vous montrez votre intérêt et votre attachement aux valeurs que nous défendons.


ADHÉREZ



Logo Inpes