Accueil Asthme L’asthme de l’enfant

L’asthme de l’enfant

par admin

L’asthme est une maladie fréquente chez l’enfant, qui se manifeste le plus souvent par des épisodes de gêne respiratoire accompagnée de sifflements. C’est un état dans lequel les bronches sont hypersensibles. Dans certaines circonstances, qui sont spécifiques à chaque asthmatique (contact avec un animal ou d’autres allergènes, un polluant, lors d’un effort, ou d’un rhume… ou plusieurs à la fois), les bronches réagissent par une inflammation et par un spasme (la broncho constriction). Les bronches sont enflammées, la muqueuse – l’intérieur des bronches – est épaisse et fabrique plus de glaires. Lorsque la gêne est fréquente ou quand les crises sont graves cette inflammation persiste entre les crises, même quand l’enfant se sent bien.

L’asthme est-il psychologique ?

La très grande sensibilité des bronches est sous influence génétique et est entretenue par les facteurs irritants de l’environnement. Les facteurs psychologiques jouent un rôle mineur dans l’asthme qui est surtout une maladie organique. En revanche un asthme mal équilibré ou mal traité peut avoir un retentissement psychologique important.

Les médicaments de l’asthme sont-ils dangereux ?

Les corticoïdes inhalés empêchent-ils de grandir, font-ils grossir ?

Pour de nombreuses personnes, le terme  » corticoïdes  » évoque une image négative. Pourtant les corticoïdes inhalés ne passent quasiment pas dans la circulation sanguine (et donc ne risquent pratiquement pas de provoquer des effets sur d’autres organes que les bronches) ; d’autre part la dose du médicament est extrêmement faible comparativement à celle contenue dans les corticoïdes oraux (en comprimés). Plus important encore, les risques des corticoïdes inhalés sont nettement moindres que les risques d’un asthme sous-traité !

Les Bêta2-mimétiques (les médicaments bleus) fatiguent-ils le cœur? Peut-on s’y habituer ?

Ils ne fatiguent pas le cœur ! Il n’y a pas d’accoutumance ! Ils entraînent des tremblements et parfois des palpitations qui sont sans gravité et cèdent rapidement à l’arrêt du traitement. Les effets des Bêta2-mimétiques sur le cœur sont les mêmes que ceux d’une course à pied. Ainsi sauf maladie cardiaque très grave, il n’y a pas de contre-indication à l’utilisation des Bêta2-mimétiques.

L’asthme va-t-il guérir ? L’asthme disparaît-il à la puberté ?

Tout dépend du sens que l’on donne au mot guérison. Si l’on entend par guérison l’absence de crises, une vie familiale, scolaire, sportive et des fonctions respiratoires normales sans besoin de prendre des traitements quotidiennement, la réponse est oui pour la très grande majorité des enfants asthmatiques. Quand ? Dans quelques années et d’autant plus vite que l’enfant aura été traité régulièrement.

En revanche si l’on entend par guérison la disparition complète du risque de crise, la réponse est probablement non. En effet, même lorsque l’asthme paraît rentré en phase de sommeil, le terrain asthmatique demeure. On ne peut exclure qu’une récidive survienne, par exemple si la personne asthmatique est amenée à changer d’environnement. Mais un asthme bien contrôlé dans l’enfance a toutes les chances de l’être également à l’âge adulte. C’est en soignant correctement l’asthme de l’enfant que l’on a toutes les chances d’en réduire le risque de réapparition à l’âge adulte et d’en atténuer la gravité.

L’asthme est-il une maladie grave ?

La plupart des asthmes de l’enfant sont légers ou modérés. Les crises sont occasionnelles, ne durent pas plus de quelques jours et sont bien contrôlées par des traitements simples et efficaces lorsqu’ils sont administrés sans retard.

A certaines périodes ou chez certains enfants, les signes peuvent être plus fréquents ou plus graves : un suivi médical spécialisé et rapproché est alors nécessaire.

Les progrès thérapeutiques réalisés au cours des 20 dernières années ont permis à la quasi-totalité des enfants asthmatiques correctement suivis de mener la même vie que  des enfants en parfaite santé, aussi bien en milieu scolaire que dans les piscines, sur les stades, les courts de tennis ou sur les pistes de ski.

Comment soigner son asthme ?

Peut-on prévenir les crises ?

On peut prévenir un grand nombre de crises, en diminuer la fréquence et la gravité de plusieurs façons :

  • Faire face à ses facteurs déclenchants ou mieux les éviter (lorsque c’est possible. C’est par exemple éviter de respirer des acariens lorsqu’on y est allergique, prévenir une crise déclenchée par l’effort physique…
  • Prendre régulièrement son traitement de fond lorsqu’il a été prescrit par son médecin. C’est en général un traitement anti-inflammatoire, il agit sur la durée. Il est normal de n’en sentir aucun bénéfice immédiat. Ce traitement doit être pris tous les jours même lorsqu’on n’a pas de crise.
  • Avoir une bonne connaissance de sa maladie et de ses traitements. Son médecin, les livres… peuvent apporter cette information. Des séances de formation dans une école de l’asthme peuvent également être proposées.
  • Surveiller son asthme. La pratique régulière « d’épreuves fonctionnelles respiratoires » (c’est la mesure du souffle) est nécessaire pour vérifier que son asthme est bien contrôlé. En effet il arrive qu’un asthmatique se sente bien et que la mesure du souffle indique un mauvais contrôle de l’asthme. C’est le médecin qui prescrit cet examen.

Que faire en cas de crise d’asthme ?

Le plus important est de suivre les indications de son médecin et de lui demander un plan d’action personnalisé écrit.  L’objectif est de remplir ce plan d’action soi-même en partenariat avec son médecin. Ce plan d’action peut être basé sur ses symptômes ou sur le résultat de la mesure de son souffle (débit de pointe ou peak-flow en anglais). Ce plan d’action permet d’agir précocement sur la crise et se savoir quand et comment appeler à l’aide.

  • Ce contenu a t-il été utile ?
  • OuiNon

Soutenez notre action

Notre vocation est de vous accompagner au quotidien en vous apportant des conseils, des informations, en étant à votre écoute pour vous aider à mieux gérer votre asthme et vos allergies.
Nous menons également des actions de fond auprès des pouvoirs publics, des institutions européennes et des professionnels de santé afin d’améliorer la prise en charge de l’asthme et des allergies, et d’apporter un meilleur soutien aux malades. Diagnostic le plus précoce et le plus précis possible, accès aux soins facilité, meilleure intégration des enfants allergiques dans les cantines scolaires, développement de l’éducation thérapeutique, lutte contre les idées reçues… tels sont nos objectifs.
Pour que la voix des personnes asthmatiques et allergiques soit entendue par les autorités de santé, il est important que nous soyons nombreux à lutter pour notre cause.

En adhérant à l’Association Asthme & Allergies, vous montrez votre intérêt et votre attachement aux valeurs que nous défendons.


ADHÉREZ



Logo Inpes