Accueil Asthme Asthme sévère

Asthme sévère

Qu’est-ce qu’un asthme sévère ?

L’asthme sévère est un stade d’asthme qui, sans traitement, se définit par :

  • des symptômes quotidiens (toux, gêne respiratoire, essoufflement…)
  • des symptômes nocturnes fréquents (réveils dus à des quintes de toux, respiration sifflante…)
  • une limitation des activités physiques, une fonction respiratoire diminuée et des crises sévères fréquentes.

Lorsque, malgré un traitement, les symptômes de l’asthme sévère persistent, on dit que l’asthme sévère est mal contrôlé.

Les asthmatiques sévères mal contrôlés présentent des symptômes anormalement fréquents bien qu’ils soient sous traitement : toux, gêne respiratoire, essoufflement, respiration sifflante, réveils nocturnes, crises sévères. En raison de son caractère handicapant, l’asthme sévère est alors mal vécu et ses conséquences peuvent être graves : les crises sévères peuvent menacer le pronostic vital et conduire à l’hospitalisation.

Avoir un asthme sévère mal contrôlé :

Cliquez ici pour voir le témoignage de Nicolas

… « cela fait longtemps que je suis traité par corticoïde inhalé à forte dose et par 2 bronchodilatateurs et c’était vraiment nécessaire…

J’ai un asthme d’origine allergique depuis l’enfance (je suis allergique aux moisissures et aux acariens).

Mon asthme s’est aggravé au fil des années… Aujourd’hui je crois que cela va mieux et je me suis habitué à vivre avec mon asthme… J’ai encore des crises assez difficiles à traiter, la dernière ayant nécessité une hospitalisation. Mais je m’y suis fait, c’est une conséquence normale de la maladie… Ce qui m’ennuie le plus, c’est d’avoir dû arrêter de jouer dans le groupe de jazz que nous avions monté avec des amis…les bars où l’on jouait étaient trop enfumés et j’avais l’impression d’étouffer.

Maintenant je regarde les concerts devant ma télé, je joue chez moi et je me dis que c’est déjà bien. C’est mon épouse qui est contente car je reste à la maison maintenant. Pourtant, pour elle, ce n’est pas facile non plus, surtout la nuit. J’ai des quintes de toux presque toutes les nuits, je la réveille à chaque fois… Tout cela fait malheureusement parti du jeu…»

Nicolas est l’exemple d’un asthme sévère dit « mal contrôlé ».

Son témoignage souligne la difficulté, qu’ont certains patients asthmatiques sévères, à se rendre compte que leur maladie a « un impact anormal » sur leur quotidien.

1300 asthmatiques sévères en Europe s’expriment sur leur asthme sévère…

Une grande enquête européenne récente, réalisée par la Fédération Européenne des Associations de patients atteints d’allergies et de maladies des voies aériennes (l’EFA), a permis à 1300 asthmatiques sévères de s’exprimer sur leur quotidien  référenceFighting for breath : “the limitations of severe asthma : the results of a european survey, Dockrell M., Partridge MR., Valovertia E. Allergy 2007 Feb; 62(2) : 134-41)

En France, l’implication de l’Association Asthme et Allergie a permis de recueillir le témoignage de plus de 200 patients asthmatiques sévères.

Il ressort notamment de cette enquête qu’une majorité d’asthmatiques sévères, malgré leur prise en charge actuelle :

  • présentent encore des symptômes
    seuls 13 % des patients asthmatiques sévères ont très peu ou pas de symptômes permanents
  • ont une qualité de vie amoindrie
    44 % des patients asthmatiques sévères se sentent limités dans leurs sorties (avec des amis, en famille,…)
  • éprouvent de l’inquiétude vis-à-vis des effets secondaires de leur traitement sur le long terme, en particulier sur l’utilisation prolongée des corticoïdes (avec des craintes majoritaires qui sont l’ostéoporose et la cataracte)
    50 % des patients s’inquiètent des effets secondaires des traitements de l’asthme

Les patients se disent aujourd’hui en attente et espèrent pouvoir un jour vivre au-delà des limitations que leur asthme leur impose

De nombreux asthmatiques sévères se pensent bien contrôlés alors qu’ils ne le sont pas toujours…

Plusieurs études récentes ont démontré que la plupart des asthmatiques, en particulier les asthmatiques sévères, surestiment le niveau de contrôle de leur asthme .

La maladie ayant souvent été diagnostiquée depuis de nombreuses années, les personnes se sont habituées à vivre avec leur maladie et à en accepter les symptômes.

Au cours de leurs consultations chez les médecins, ces personnes ne pensent pas toujours à se confier sur la gêne occasionnée par leur asthme sévère mal contrôlé.

Il est alors plus difficile pour le médecin de diagnostiquer le mauvais contrôle de l’asthme sévère.

Sans s’en rendre compte, les patients asthmatiques sévères mal contrôlés peuvent progressivement s’adapter à leur situation et se limiter physiquement et socialement.

Une étude  référenceAsthma control in general practice : a cross-sectional survey of 16 580 patients. Godard P et al. Presse Med 2005; 34:1351-7  conduite en France en 2003, menée chez 16580 asthmatiques ( > 6 ans) consultant en médecine générale (4561 médecins généralistes participants) a permis de recueillir l’appréciation par le patient de son état de santé et du niveau de contrôle de son asthme

Une étude française a démontré que de nombreux asthmatiques ont spontanément l’impression d’aller bien. A la simple question du médecin « Comment va votre asthme ? », seulement 47 % se disent aller mal.

Lorsqu’en revanche, le médecin évalue avec les critères officiels l’état de ces mêmes patients, il constate qu’en réalité 70 % des asthmatiques sont mal contrôlés.

Le patients surestiment donc l’état de leur asthme et ne signalent pas assez souvent à leur médecin les petits détails du quotidien qui pourraient faciliter l’évaluation du niveau de contrôle de son asthme. Il est alors plus difficile pour le médecin de mettre en place une stratégie thérapeutique adaptée car il ne dispose pas de toutes les informations.

Qu’est-ce qu’un asthme sévère « bien contrôlé » ?

L’objectif de la prise en charge d’un asthme sévère est d’obtenir le « bon » contrôle de maladie. C’est l’obtention de ce contrôle qui permettra de diminuer l’intensité et la fréquence des symptômes. On peut avoir un asthme sévère et cependant vivre correctement avec.

Dans ce sens, des recommandations nationales, publiées par l’Agence Nationale d’Accréditation et d’Evaluation en Santé, ont établi des critères qui permettent de reconnaître un asthme sévère « bien contrôlé ».

Un asthme sévère bien contrôlé = PEU OU PAS DE SYMPTÔMES

On estime qu’un asthme (y compris un asthme sévère) est bien contrôlé lorsque :

  • pas ou rarement de symptômes pendant la journée (tels que quinte de toux, respiration sifflante, essoufflement, …)
  • pas de symptômes durant la nuit (tels que réveils dus à des quintes de toux, gêne respiratoire dans la nuit)
  • les crises sont légères et peu fréquentes
  • la personne asthmatique n’a pas ou peu recours aux inhalateurs de secours

Un asthme sévère bien contrôlé = UNE QUALITÉ DE VIE PRÉSERVÉE

  • une activité physique normale
  • aucun absentéisme professionnel ou scolaire

Avoir un asthme sévère bien contrôlé :

Cliquez ici pour voir le Témoignage de Béatrice 41 ans

… asthmatique sévère depuis 9 ans”

… « mon médecin m’a diagnostiqué un asthme sévère, il y a 9 ans maintenant.

Avant qu’il ne me prescrive un traitement adapté, ma vie était devenue un enfer. J’avais des quintes de toux tout le temps. La nuit, dès que j’étais allongée, je me sentais oppressée, j’étouffais et je devais dormir avec un oreiller pour éviter de tousser… Le matin, je me réveillais littéralement épuisée…J’avais aussi des crises très « dures » et fréquentes, et du coup, je ne me sentais plus le courage de sortir…

J’avais banni les occasions d’aller au restaurant avec ma famille,de faire des promenades en forêt. J’étais angoissée à l’idée de déclencher une crise, rien qu’en allant faire les courses…

Mon médecin m’a modifié mon traitement et a augmenté sensiblement mes doses de corticoïdes inhalés, avec toujours mes 2 bronchodilatateurs : un que je dois prendre tous les jours et l’autre en cas de crise…

Aujourd’hui, je me sens bien mieux… bien sûr, je tousse encore régulièrement mais cela n’a vraiment rien à voir…

Je me sens moins oppressée, je revois mes amis et je sors avec ma famille régulièrement (j’évite tout de même les endroits trop enfumés). Les nuits où je me réveille à cause de mon asthme sont bien plus rares et les crises aussi…

Malgré mon asthme dont la sévérité est reconnue, j’arrive aujourd’hui à vivre « bien » avec…

Béatrice est l’exemple d’un asthme sévère dit bien « contrôlé ». Elle peut vivre correctement avec son asthme sévère.

Et vous, où en êtes-vous avec votre asthme ?

Si votre asthme a un retentissement quotidien sur votre vie, ce n’est pas normal. C’est le signe d’un mauvais contrôle.
Aujourd’hui, il est possible d’améliorer votre asthme … Cela commence par une évaluation de son contrôle.

Quiz votre asthme est-il bien contrôlé ?

Le questionnaire spécifique que nous vous proposons a été élaboré pour mesurer le niveau de contrôle de votre asthme en seulement quelques clics. Il est composé de 5 questions, cotées de 1 à 5, pour une évaluation rapide des 4 semaines qui viennent de s’écouler.

Cliquez ici pour voir le questionnaire

Un score facile à interpréter : si votre score est inférieur à 20, votre asthme n’est peut-être pas contrôlé. N’hésitez pas à consulter votre médecin pour en parler avec lui.

Score supérieur à 20 – Le contrôle de votre asthme est optimal !

C’est le signe que la prise en charge de votre asthme sévère est optimale !

Continuez bien de prendre votre traitement et de suivre les conseils de votre médecin…

Score inférieur à 20 – Le contrôle de votre asthme sévère n’est pas atteint…

Pour pouvoir évaluer le contrôle de votre asthme et vous proposer la prise en charge la mieux adaptée, votre médecin a besoin de mesurer précisément l’impact quotidien de votre maladie au cours de ces dernières semaines.

Il est important que vous en parliez à votre médecin, car il vous aidera à atteindre un bon niveau de contrôle et à mieux vivre avec votre asthme sévère !

Comment parler de votre asthme sévère à votre médecin ?

La visite chez votre médecin est un moment primordial pour améliorer votre prise en charge et donc votre quotidien…il est important de ne pas la négliger !

  • pendant cette visite, n’hésitez pas à parler à votre médecin de vos habitudes, de vos interrogations, de vos inquiétudes…
  • certains détails peuvent vous paraître anodins mais ils faciliteront nettement le diagnostic et l’optimisation de votre traitement : tout détail qui fait que votre vie n’est pas normale est important à signaler, ne banalisez plus vos symptômes !

La prise en charge de l’asthme sévère…

Comment sont déclenchés les symptômes dans l’asthme ?

A l’origine, votre organisme est anormalement sensible à différents stimuli comme le stress, la pollution, les allergènes (poils d’animaux, acariens..).

En réaction à cette ‘agression’, il va déclencher une réponse immunitaire.

Cliquez ici pour voir le schéma

Pour une prise en charge adéquate, le traitement instauré doit pouvoir agir sur l’inflammation et la bronchoconstriction.

Cliquez ici pour voir comment bien prendre en charge votre Asthme Sevère

Bien prendre en charge son asthme sévère commence par :

Eviter les facteurs aggravants pouvant déclencher les crises

  • L’exposition allergénique
    Si votre asthme est d’origine allergique (ce qui est le cas chez 70 à 80% des asthmatiques) il faut éviter ou supprimer les allergènes responsables de votre asthme : acariens, poussières, pollens, poils d’animaux… Votre médecin peut vous aider à identifier l’allergène en cause.
  • Le tabagisme
    Le tabagisme, qu’il soit actif ou passif, est un facteur aggravant l’asthme. Les asthmatiques qui fument ont un asthme plus sévère, des crises graves plus fréquentes et un déclin plus rapide de leur fonction respiratoire. Le sevrage tabagique est donc un aspect important de la prise en charge de l’asthme sévère.
  • L’exposition professionnelle
    Certaines professions sont exposées à des agents irritants responsables d’asthme parfois sévère. Les principales professions exposées sont les boulangers (farine), les professionnelles de santé (latex), les peintres en carrosserie (isocyanates), les coiffeurs (persulfates)…
  • La pollution
    La pollution est responsable d’une aggravation de l’asthme, d’une augmentation des hospitalisations, et d’une augmentation de la mortalité par asthme.

Savoir que certaines maladies ou traitements associés peuvent favoriser un asthme sévère

  • Les pathologies ORL (maladies touchants nez/oreille/gorge)
    La prise en charge de l’atteinte ORL chez un asthmatique permet un meilleur contrôle de l’asthme.
  • Le reflux gastro-œsophagien (RGO)
    Le RGO (remontée acide ou aigreur provenant de l’estomac pouvant provoquer des brûlures le long du tube digestif jusqu’à l’œsophage) est un facteur d’aggravation de l’asthme.
  • L’obésité
    Les asthmatiques obèses ont plus de risque de développer un asthme sévère et d’être hospitalisés en raison de leur asthme sévère.
  • Les variations hormonales
    Il semble exister une relation entre les épisodes de la vie génitale et la fréquence de la gravité des crises. En période pré-menstruelle, il est fréquent d’observer une aggravation des crises. A la ménopause, il est possible de voir un asthme s’aggraver.
  • Certains médicaments
    La prise de certains médicaments peut aggraver l’asthme ou déclencher des crises.
    L’intolérance à l’aspirine par exemple est plus fréquente chez les asthmatiques sévères.

Prendre un traitement approprié prescrit par votre médecin

  • un traitement pour les symptômes :
    les inhalateurs de secours (bronchodilatateur de courte durée d’action) ou bronchodilatateurs d’action rapide associés à des corticoïdes inhalés
  • un traitement de fond :
    – pour traiter l’inflammation : les corticoïdes inhalés
    – pour dilater les bronches : les bronchodilatateurs de longue durée d’action
  • quand le traitement de fond ne suffit plus, en cas d’aggravation ponctuelle de l’asthme ou lors de crise grave :
    les corticoïdes oraux, en cures courtes

Pour que ces traitements soient efficaces, il est important :

  • de respecter la prescription de votre médecin
  • de ne pas oublier les différentes prises au cours de la journée

Si vous avez des difficultés ou des effets indésirables vous conduisant à ne pas prendre votre traitement régulièrement, parlez-en à votre médecin.

En effet, des solutions existent pour vous aider à mieux suivre votre traitement.

L’asthme sévère VIVRE AVEC et pouvoir VIVRE MIEUX

On peut “vivre” avec un asthme sévère, sans être obligé de le « subir »…

Quand le traitement est adapté, il est possible de vivre correctement avec son asthme sévère.
Pour parvenir à cet objectif, il est primordial de parler avec votre médecin.

La visite chez votre médecin est un moment très important pour améliorer votre prise en charge et donc votre quotidien

  • pendant cette visite, n’hésitez pas à parler à votre médecin de vos interrogations et de vos inquiétudes…
  • certains détails peuvent vous paraître anodins mais peuvent faciliter le diagnostic et l’optimisation de votre traitement : tout détail qui fait que votre vie n’est pas normale est important à signaler !

Le cas des asthmes difficiles…

L’asthme sévère mal contrôlé prend alors le dessus sur votre quotidien.

Cet asthme sévère est dit « difficile » car malgré une prise en charge optimale, on ne parvient pas à le contrôler.

Aujourd’hui, pour ces asthmes, il faut garder espoir car des traitements toujours plus innovants sont régulièrement mis sur le marché !

Ainsi, pour les asthmes sévères difficiles ayant une origine allergique, il existe de nouveaux traitements additionnels (à rajouter à votre traitement de fond) comme par exemple les anti-IgE (traitements qui agissent à la racine de la réaction asthmatique) et permettent d’améliorer le contrôle de l’asthme sévère d’origine allergique.

On peut avoir un asthme sévère et espérer vivre bien avec…

Si, après tous les points abordés dans cette rubrique, vous sentez que votre asthme sévère handicape anormalement votre vie, n’hésitez pas à en parler à votre médecin, posez lui des questions sur vos inquiétudes…

Ce dialogue est essentiel pour permettre à votre médecin de réévaluer votre asthme et de vous apporter la meilleure solution thérapeutique.

Soutenez notre action

Notre vocation est de vous accompagner au quotidien en vous apportant des conseils, des informations, en étant à votre écoute pour vous aider à mieux gérer votre asthme et vos allergies.
Nous menons également des actions de fond auprès des pouvoirs publics, des institutions européennes et des professionnels de santé afin d’améliorer la prise en charge de l’asthme et des allergies, et d’apporter un meilleur soutien aux malades. Diagnostic le plus précoce et le plus précis possible, accès aux soins facilité, meilleure intégration des enfants allergiques dans les cantines scolaires, développement de l’éducation thérapeutique, lutte contre les idées reçues… tels sont nos objectifs.
Pour que la voix des personnes asthmatiques et allergiques soit entendue par les autorités de santé, il est important que nous soyons nombreux à lutter pour notre cause.
En adhérant à l’Association Asthme & Allergies, vous montrez votre intérêt et votre attachement aux valeurs que nous défendons.
Asthme & AllergiesADHÉREZ Created with Sketch. à partir de 18€/an soit 1,5 €/mois